Rechercher
  • camilleberreur

Quand Narcisse devient Étoile


Sur les réseaux sociaux, j'ai lu plusieurs publications de scénaristes qui annonçaient de magnifiques nouvelles : leurs œuvres récompensées dans un festival, saluées par un article élogieux, une aide à l’écriture... et curieusement ils ont ajouté le qualificatif “narcissique” dans leur annonce, comme pour s’excuser de parler d’eux ? de leur joie à être célébré ? J’ai été étonnée, choquée même. Ce besoin de s’excuser d’avance. de quoi au juste ? d’être doué ? De mon point de vue, ces personnes sont dotées d’une rare sensibilité ou plutôt d’une vraie Poésie, la sensibilité étant trop souvent taxée de sensiblerie. Ce sont des poètes, au service de la Beauté, dévoués à nous l’offrir dans sa forme la plus inspirée. alors qu’est-ce que cette histoire de narcissisme ? Comme un besoin de s’excuser de rencontrer le succès, d’être fier de ses créations ? ça serait impossible dans notre société de dire “j’ai créé une oeuvre unique qui me touche infiniment, je déborde de joie qu’elle soit accueillie et reconnue et je partage ce bonheur avec vous”. Quelle serait votre réaction ? “oulala il est bien narcissique celui-là ?” Pour rappel la définition du dit terme : “Le narcissisme est caractérisé par une tendance à être centré sur soi-même, à exagérer ses talents et ses capacités, à considérer que les choses sont dues, et à manquer d'empathie envers les autres. “ Au-delà de cet exemple, c’est le phénomène collectif qui m’interroge. Ce jugement et auto-censure sur l’expression de sa fierté, de sa joie à créer. Vous osez célébrer vos créations ? ou tout simplement Osez-vous suivre vos élans créatifs ? pas évident avec tout ce conditionnement... Ecrire pour le cinéma est une des disciplines les plus périlleuses qui soit (oui oui comme un sport olympique), nécessitant la même détermination, persévérance, régularité, engagement, dévotion à plus grand que soi. Se laisser traverser par la grâce. Un véritable parcours du combattant. Je suis bien placée pour le constater. Depuis 8 ans que je lis des scénarios quasi quotidiennement, j’ai vu passer des centaines de projets qui n’ont jamais vu la lumière d’un grand écran : la grande majorité. Ceux dont l’oeuvre est venue au monde et aujourd’hui célébrée, ont bravé des mois, des années de gestation en solitaire à visiter leurs contrées les plus intimes et souvent les moins confortables pour leur donner forme. Ils ont traversé les affres du doute, les remises en question, les envies de renoncement, les avis multiples souvent contradictoires des partenaires financiers et autres confrères plus ou moins fraternels ou subtiles dans leurs retours. Sans parler des conditions de rémunération qui rendent le métier très peu accessible aux non héritiers et extrêmement difficile les premières années. Ils ont tenu bon. Ils ont protégé cet élan premier, ont su l’écouter, le nourrir, le protéger des critiques, lui donner forme, voix et corps. Ils ont répondu à l’appel, à ce souffle intérieur qui demandait à s’offrir au monde, à résonner avec d’autres, à les faire vibrer. Je ne vois aucun narcissisme là dedans. J’y vois du pur courage, de l’audace et du don de Soi. Un héroïsme. BRAVO les artistes, bravo pour votre dévouement et pour la beauté que vous nous offrez à voir, à ressentir, à entendre, à pleurer, à rire, à aimer.

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout