Rechercher
  • camilleberreur

Habiter un corps de femme

Longtemps j’ai été en guerre contre ce corps. Une plaie d’avoir un corps, qui plus est féminin le subir, ne rien y comprendre, avoir mal ou ne rien sentir le trouver trop et surtout pas assez trop petit, trop maigre, pas assez féminin justement chercher dans le regard de l’autre, des hommes aaahhh, l’approbation se retrouver coincée dans l’ado qui a envie de disparaitre Aujourd’hui c’est presque difficile de m’en souvenir tellement nous sommes en amour lui et moi. alors qu’il n’a (quasi) pas changé (les cheveux blancs oui et toujours aussi myope) je découvre ses possibilités infinies, sa capacité à être une porte, un Portail, vers une joie infinie, celle de ne faire qu’un avec tout à se brancher à l’amour, en autonomie, la Terre et le Soleil pour partenaires les kilos tonnes de mémoires (enfance, transgénérationnelles, karmiques, et même galactiques!) qu’il a fallu excaver et transmuter pour en arriver là m’apparaissent comme une grande blague cosmique tellement c’est simple finalement. Douloureux oui et simple à la fois. Tellement efficace. Accueillir ce qui empêche le courant vital de circuler pour récupérer l’accès illimité à l’abondance… Voyage en cours, infiniment exaltant !

Bienvenue dans ce monde du corps-porte qui ouvre à la magie de l’existence

Photo : Scan Art


9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout